Sceau de Mohenjo Daro et yoga

Il est courant d’attribuer des origines très anciennes au yoga (« Plus de 5000 ans »). Cette affirmation s’appuie sur une archéologique discutable : quelques sceaux, petits objets gravés en creux permettant de réaliser des empreintes, dont en particulier un sceau en stéatite découvert à Mohenjo Daro au début du XXème siècle et daté 2350-2000.

Sceau de Mohen Daro
Vue du site de Mohenjo Daro

Mohenjo Daro est une des grandes cités de la civilisation de l’Indus (actuellement au Pakistan), découverte dans la deuxième partie du XIX ème siècle.

Ce sceau est une figure en creux représentant un personnage assis entouré d’animaux. On retrouve ce personnage assis, parfois seul, sur d’autres sceaux retrouvés dans cette cité.

On utilise souvent la figure assise de ces sceaux pour justifier l’ancienneté du yoga : la posture du personnage est vu comme une assise du yoga. Les archéologues du XIXème siècle y ont aussi vu un « proto-shiva », le dieu désigné comme le maitre du yoga près de 3000 ans plus tard.

xxx

Le Scribe du Louvre

A cette époque, et dans toute l’Antiquité, l’assise sur le sol était aussi banale que l’assise sur une chaise aujourd’hui. Nous avons tous en tête l’image du scribe « accroupi »  (qui est en réalité assis en tailleur) du Louvre;  il y a d’autres exemples:  on a retrouvé en Gaule des statuts de personnages assis les jambes croisées.

Personnage en tailleur – Gaule

Cependant contrairement à de nombreuses représentations de personnages assis de l’Antiquité, les jambes du personnage des sceaux de Mohenjo Daro ne sont pas croisées; les hanches sont ouvertes dans une position particulière. S’agit-il d’une convention de représentation ?

En comparant différents sceaux avec des personnages assis, l’historien D. Srinivasan a émis l’hypothèse que ce personnage, dans cette assise particulière,  puisse être la représentation  d’une divinité.

Historiens et archéologues modernes s’accordent pour dissocier cette figure de la pratique du yoga et nous dissuadent d’associer le yoga à la civilisation de l’Indus.

Bibliographie