Dvipāda pītham – La table à deux pieds

Voici une posture quasi incontournable d’une séance de yoga. Accessible, elle s’adapte à la plupart des pratiquants. Elle permet l’ouverture de la cage thoracique et fortifie le dos. Comme toute posture, elle demande une attention aux alignements et présente quelques contre-indications.

dvi-pada-pitham

Le nom de la posture

table-a-deux-piedsDvipāda pītham est  le nom transmis par TKV Desikachar. On le trouve cité dans le Yogarahasya de Sri Nathumani livre « révélé » à T Krishnamacharia. Mot à mot il signifie table à deux pieds (dvi = deux, pāda = pied, pītha = petite table), mais on le trouve également traduit comme posture des deux jambes. On peut arguer que l’ancrage des deux pieds est important dans cette posture,mais le symbolisme du nom reste peu évident.

avignon-pont

La posture est  aussi connue sous le nom de  demi pont, ardha setu bandhāsana, ardha :demi, setu ou setubandha : pont, asana: posture. Nous nous sommes demandé si cette posture était différente de dvipāda pītham par la prise de posture, l’attention dans la  posture et dans ses effets mais après recherches, cette hypothèse ne nous parait pas justifiée.

Les adaptes d’Yyengar nomment la posture setu bandhāsana sarvangāsana et traduisent par … la posture du pont.

Dans l’épopée indienne du Ramayana, setubandha était le pont aménagé  pour  le roi Rama entre la petite ile de Ramashvaram, au sud de la péninsule indienne et le Sri Lanka. Il fut construit sous la direction d’Hanuman, serviteur de Rama et commandant de l’armée de singes. Tous les animaux se mirent à l’unisson pour participer à sa construction. Ce pont représentait l’unique possibilité pour aller délivrer Sita, l’épouse de Rama détenue prisonnière au Sri Lanka.

la-construction-du-pont-pour-rama
La construction du pont  pour Rama

La pratique de la posture du pont apporte la confiance en soi nécessaire pour traverser l’océan de la vie.

La pratique de la posture

A partir de la posture allongée sur le dos plier les genoux et amener les pieds à une distance confortable du bassin. Plus les pieds seront proches du bassin, plus la posture sera exigeante.

Si un support a été placé sous la tête, par exemple pour une meilleure position de la nuque en position allongée, il faut le retirer pour éviter une hyper-extension de la nuque dans la posture. S’assurer que la tête est bien dans l’axe de la colonne vertébrale, par exemple en la soulevant doucement et en vérifiant que la direction du bout du nez passe entre les deux jambes, et vérifier que les pieds sont parallèles, écartés de la largeur du bassin.

bon-ecart-des-pieds
Alignement des pieds et des genoux

Les genoux doivent rester au dessus des pieds pendant la posture. Pour s’assurer d’un bon alignement des pieds et des genoux, il est possible de placer une brique entre les pieds et une autre entre les genoux et de bien les garder lors de la posture.

La posture se prend habituellement sur une inspiration, mais la prise de posture est également possible sur l’expiration et peut mieux convenir à certaines personnes. Il importe de bien prendre appui sur l’arrière de la tête, les épaules et les bras pour ouvrir la cage thoracique et la monter, le bassin se place à la fin de la montée.

La posture sera d’autant plus bénéfique, que l’étirement de l’avant du corps sera conscient.C’est en cherchant à la fois à amener les genoux vers l’avant, « comme si on avait des yeux sur les genoux qui allaient regarder les orteils »,   à rapprocher le sternum du menton que l’on obtiendra cet étirement. Enfin il est important  de s’assurer que le pubis reste au dessus du nombril.

Les variations autour de dvipada pītham sont infinies : selon la position des pieds, des jambes, des bras, selon les mouvements qui sont associées à ceux-ci, selon les rythmes et les respirations. On peut imaginer une séance de yoga, construite autour de cette posture et ses variations… avec bien entendu des compensations.

dvipada-pitham-variante
Variante dans la position des bras

Après la posture, le pratiquant éprouve le besoin de ramener les jambes sur la poitrine. apanasanaUne petite gène a pu se placer dans la posture, peut-être parce que le ventre était trop poussé… Des respirations en apānāsana permettent de récupérer rapidement. Ensuite une torsion allongée légère, peut également être appréciée. L’enchaînement quatre pattes à l’inspir et assis sur les talons  à l’expir est également proposé.

Effets et précautions

Les effets bénéfiques de dvipada pītham sont nombreux, et la pratique régulière de la posture permet de les apprécier

  • Etire l’avant du corps, y compris les quadriceps
  • Donne une grande ouverture à la cage thoracique, et permet de progresser vers l’allongement de la respiration, le diaphragme est remonté très haut.
  • Etire la colonne vertébrale en extension: les muscles du dos sont tonifiés, la cyphose dorsale s’efface, la nuque s’allonge
  • Renforce le plancher pelvien et étire le psoas
  • Améliore le retour veineux; la circulation dans la tête est légèrement augmentée: l’afflux de sang est cependant limité par le placement du menton qui freine le passage dans les carotides.
  • Agit sur la glande thyroïde, ce qui participe au maintient d’un bon métabolisme
  • Renforce la confiance en soi.confiance

Les précautions sont respectées si les consignes de prises de posture sont suivies:

  • S’assurer que la tête est bien dans l’axe avant de monter
  • Ne pas chercher à mettre les bras sous le corps et à saisir les mains si les épaules sont raides
  • Au début, il est possible de ressentir de l’inconfort au niveau de la respiration, ceci à cause de la position du cou et du menton, cette sensation disparait avec la pratique
  • Il est important de prendre la posture à partir des épaules et en ouvrant la cage thoracique et de monter le bassin et non le ventre. Le non respect de cette consigne entraine une hyper lordose lombaire et un pincement au niveau de l’articulation sacro iliaque.

Contre-indications

  • Les cervicalgies, les lombalgies aggravées par des flexions arrière et les inversions de courbure dorsale sont des contre-indications absolues à la posture.
  • En cas de problèmes circulatoires ou d’hypertension non corrigée, le pratiquant gardera les pieds éloignés du bassin, ne cherchera pas trop à monter, et pratiquera en dynamique (ne restera pas dans la posture).
  • Les personnes traversant des périodes d’anxiété ou d’angoisse, pratiqueront sur l’expiration et ne resteront pas dans la posture.
  • Les femmes enceintes éviteront dvipāda pītham le dernier trimestre

sources-dvipada-pitham

sources-dvipada-pitham

Publicités